• Manuscrit : Le fantôme du stade

    Manuscrit : Le fantôme du stade

    Depuis une trentaine d’années, Daniel est prisonnier du stade de baseball de Trois-Rivières, où il est décédé en 1969. Il revient à la vie chaque fois qu’une rencontre s’y déroule, puis disparaît aussitôt la joute terminée. Il ne peut sortir et personne ne le voit, pas même les animaux. Mais un jour, il trouve un petit chat qui, miracle, le voit et peut même le toucher. Le chat Miracle deviendra la raison de vivre de Daniel et lors du décès de l’animal, l’homme cessera d’être le fantôme du stade.  

    Pauvre enfant! Il doit grelotter! Que fait-il là? Sans doute des imbéciles qui sont venus perdre la portée de la chatte. Je gaspille mon temps à l’appeler. Minou! Minou! Minou! Et… mais ce chat me voit! Il m’entend|! Il entre, marche rapidement en ma direction en miaulant. Je ne peux pas croire à un tel miracle! Ce chat me voit! Le voilà à faire le dos rond en se frottant contre mes jambes. Je le prends, le regarde dans les yeux et passe près de m’évanouir. Vite, je file vers l’intérieur, où il sera au chaud. Je vais chercher un plat au casse-croûte et le remplit d’eau. Est-ce réellement un chat ou un esprit réincarné sous cette forme, comme dans le cas de cette consœur du Japon qu’on a retrouvée morte dans sa salle de cinéma, avec un chat près de son corps?

    Le chaton lape mon eau. Après, il approche et me regarde fixement, avant de se laver le museau avec l’aide de sa patte. Je tends un doigt. Il approche pour le renifler. Je le prends, le caresse et il ronronne. Miracle! Un miracle! Je me couche par terre pour me mettre à son niveau. Il approche, se frotte encore contre moi et je l’entends ronronner. Je m’en saisis, court vers ma chambre, le dépose sur le lit, alors que je cherche un bout de ficelle. Il joue! Extraordinaire! Soudain, je me sens inquiet… Les femmes du restaurant m’ont laissé un minimum de lait, sachant que le récipient vidé, il se remplit du liquide que j’ai déposé dans ma tasse de café. Est-ce que je vais pouvoir nourrir mon chat, le faire boire? S’il n’y a plus rien, il va s’en aller! Il ne faut pas! Je n’ai qu’une boîte de soupe, une saucisse, quatre tranches de pain, trois de jambon, une pomme et… Non : les chats ne mangent pas de pommes. Le voilà léchant mon lait, alors que je coupe un bout de la saucisse en très petits morceaux.

    Maman! Ce chat me voit! Tu entends, maman? Il me touche! Miracle! C’est d’ailleurs le nom que je lui donne. Miracle explore le lobby avec prudence, reniflant tout. Le voilà regardant le paysage par la porte d’entrée. Il ne faut pas qu’il parte! Je vais lui donner tant d’affection qu’il va rester près de moi pour toujours! Est-il un chat fantôme? Si monsieur Bellehumeur ne le voit pas, ce sera le cas. Par contre, s’il l’aperçoit, il va le jeter dehors. Jamais il ne comprendra que je peux le voir. Comment lui faire savoir ? Impossible!

    Miracle se sent bien. Il se couche près de moi. Quelle sensation incroyable! Le chaton abandonné vient d’adopter celui qui l’a nourri. Dès le lendemain, je me mets à la tâche de récupérer tout ce que je peux trouver à manger. Rien! Pourquoi ces gens font-ils le ménage en fermant le stade pour l’hiver? Oh! voilà monsieur Bellehumeur! Je me saisis de Miracle pour me terrer dans un coin des estrades. Il ne faut pas que le patron le voit! Je l’entends crier, comme d’habitude : «  Je t’ai apporté des journaux, Daniel. J’ai aussi trouvé une pleine boîte de revues des années 1960. Je sais que t’aimes les vieilles affaires. Daniel? Es-tu là?  » Non, je ne suis pas là! J’ai du mal à retenir Miracle, qui grelotte, preuve que ce chat est véritable.

    Après une heure, je n’entends plus monsieur Bellehumeur. Il est sans doute parti. Ouf! Vite, à la chaleur! Miracle ne s’en prive pas et court vers le lobby où… holà… Le patron n’était pas parti… Il regarde le chat, fronce les sourcils, se penche vers lui, semble réfléchir. Miracle, sentant une antipathie, donne un coup de queue et revient vers moi. Je marche vers mon bureau, afin qu’il me suive. Peut-être que l’homme comprendra. «  Est-ce que ça se pourrait que tu vois cet animal? Comment est-il entré ici si tu ne lui as pas ouvert la porte? Il y a eu tant de changements chez toi, ces dernières années… Un chat sans maître, c’est malpropre… Je vais réfléchir à tout ça. 


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :