• Publication : Tremblay et fils

    Publication : Tremblay et fils

    Amour de petit garçon! Un moment très important dans la vie de mon héros Roméo Tremblay qui, en souvenir de ces quelques instants, développera une profonde affection pour sa future petite soeur Jeanne. Roméo et son frère Adrien se sont rendus aux limites de Trois-Rivières, où ils ont rencontré des bohémiens : un garçon, David, et une fille, Anna, pour qui Roméo a un coup de foudre. Ces bohémiens se rendent en Gaspésie pour devenir pêcheurs. Conséquemment, les bateaux et le fleuve les intéressent beaucoup. Roméo promet à Anna qu’en se rendant à la terrasse Turcotte, elle pourra voir des bateaux passer sur le Saint-Laurent. Un extrait de Tremblay et Fils, publié au Québec en 1996 et sera la première partie de Petit Train, commercialisé en 1998. 

    «  Les bateaux! Les bateaux!  » de réclamer Anna. Louise décide d’accompagner le quatuor, pour veiller à ce que Roméo se conduise comme il faut avec cette petite fille sans gêne. Il a osé l’inviter dans sa chambre! Il n’y a plus de jeunesse! Avec un peu de chance, Louise pourra passer devant l’église et réciter une invocation pour obtenir une indulgence, chassant ainsi son angoisse en attendant la prochaine confession.

    «  Adrien? Doux cœur de Marie, soyez mon salut, est-ce une indulgence de trois cents jours ou de trois ans?

    - Tu devrais le savoir. C’est toi la première de classe en catéchisme. Pas moi.

    - Je vais m’en trouver une autre.  »

    Anna danse en voyant les vitrines des commerces de la rue Notre-Dame. Il y a plein de beaux vêtements et des jouets invitants. Son frère craint plutôt le nombre de chevaux dans la rue et se demande ce que peuvent faire tant de gens dans un même endroit.

    «  Ils travaillent dans les manufactures ou dans les magasins. Ils besognent partout en ville. Au bout, là-bas, il y a la rivière Saint-Maurice et une belle scierie où deux de mes oncles gagnent leur pain. Mon grand-père Isidore a longtemps travaillé là. Ton père pourrait trouver de l’ouvrage dans ce moulin. Leurs Anglais ont toujours besoin d’hommes vaillants.

    - Mon papa dit qu’il n’y a que deux manières de voir le soleil se lever : sur une terre et sur la mer. Pas dans une ville. Être pêcheur sera un métier honorable.

    - Et puis, Anna aime les bateaux!  » de faire Roméo, triomphant.

    Le petit regrette tout de suite cette parole. Que va-t-elle penser de lui? Qu’il désire se débarrasser d’elle? Car si Anne demeurait à Trois-Rivières pendant que son père travaillerait à la scierie, Roméo pourrait aller jouer avec elle et l’épouser quand il sera vieux, à quatorze ans. Anne pose des questions sur tout ce qu’elle voit et Roméo lui procure les bonnes réponses. David se sent plutôt embarrassé parce que tout le monde le regarde. Louise marmonne ses invocations en veillant à ce que Roméo ne prenne pas la main de la jolie petite crottée. Et si tout ça finissait par se savoir! Que les enfants de Joseph Tremblay ont marché aux côtés de Juifs!

    «  Par en haut, il y a le séminaire. Tantôt, pour traverser la rivière avec tes parents, tu passeras devant le séminaire. Les ponts sont au bout du chemin qu’il y a à cinq minutes de marche dépassé cette grosse école. Dans l’autre sens, c’est le vieux Trois-Rivières, avec ses maisons du temps de l’Histoire du Canada. Puis il y a le Platon et la terrasse Turcotte.

    - Les bateaux! Les bateaux! de crier Anna en sautillant.

    - Oui, Adrien! Allons voir les bateaux!  »

    Puisse-t-il y avoir des embarcations sur le fleuve, de souhaiter fermement Roméo. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Tout de même, Anna s’émerveille face à ce panorama unique. David prend de profondes respirations, comme doivent faire les pêcheurs de la Gaspésie.

    «  On s’en va? Papa doit être à la maison.

    - Attends! Attends un peu, Adrien! Je suis certain qu’un bateau va passer!

    - Nous amis doivent retourner au vieux moulin, Roméo. Ils sont fatigués d’avoir tant marché. Le temps passe.

     - Attends cinq minutes!  »

     Comme il devient parfois embêtant d’avoir un grand frère et une sœur aînée! Roméo serait resté toute la journée à attendre son bateau pour éblouir Anna et peut-être lui toucher de nouveau les mains. Il se cogne le nez à l’obstination de Louise et à l’empressement d’Adrien. Le petit boude un peu, mais pas trop longtemps, car Anna lui tend la main afin de traverser la rue Notre-Dame sans danger. Roméo rougit, se sentant si doucement chatouillé. Rapidement, ils sont de retour à la maison, mais Joseph demeure toujours absent. Tant pis! Adrien prend l’initiative de choisir des clous et des vis pour ajouter au sac de dons.

    Roméo veut aller reconduire Anna et David jusqu’au vieux moulin, mais la fin de l’après-midi approche et Joseph pourrait arriver d’un instant à l’autre. Que dirait-il en apprenant que son plus jeune lui a désobéi? David envoie la main en remerciant encore et encore. Roméo, au bord des larmes, ne peut croire qu’il ne reverra plus jamais la plus belle petite fille du monde entier. Ils sont en route depuis cinq minutes quand, à bout de souffle, Roméo les rejoint, avec sous son bras un voilier de bois que son père lui a sculpté pour lui donner comme présent le jour de son anniversaire.

    «  Tiens! C’est pour toi, Anna!

    - Oh! un bateau!

    - Quand tu joueras, tu penseras à moi.

    - Oui, Roméo. C’est le plus beau cadeau de toute ma vie!  »

    Anna écarte ses longues mèches noires et pose ses lèvres roses sur la joue droite de Roméo. Tenue par la main par son frère, elle agite ses doigts vers Roméo en guise d’adieu. Le garçon demeure planté au sol pendant dix minutes, n’arrivant à penser à rien d’autre que cette image. Il rentre chez lui en donnant des coups de pied sur des cailloux.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :